Prélude

Mon premier voyage a eu lieu alors que je n’étais alors encore qu’un minuscule embryon. Mes parents se sont rencontrés en Angleterre où ils travaillaient tous les deux, l’un assistant d’anglais, l’autre aidant les étudiants français. Autant dire que la passion du voyage est comme une seconde nature pour moi !
Durant mon enfance, j’ai eu la chance de voyager, en France comme à l’étranger (Suède, Angleterre, Allemagne, Republie Tchèque, etc). Durant mes études secondaires, je suis partie en échange universitaire, un semestre au Canada et un an au Royaume Uni; j’ai aussi effectué deux stages en Angleterre durant une annexe.
Mais de retour en France, j’ai décidé de faire du voyage cette parenthèse que la plupart des gens s’accordent pendant leurs quelques semaines de vacances annuelles.

Roller derby small

Alors pourquoi un tel périple?

Entorse du genou suivie d’une double phlébite : nous étions en octobre 2012, je me retrouvais alitée pour un mois suite à un accident de roller derby suivi d’un accident de voiture 3 jours plus tard.
De nature plutôt dynamique, cet alitement forcé m’a permis de faire le point sur moi-même et sur les raisons qui m’avaient amenées à prendre les mauvaises décisions. Fatigue, pression au travail, et la sensation désagréable de ne pas maîtriser ma vie. Je devais changer de travail, mais pour faire quoi: continuer dans la même branche? Me réorienter? Rien n’apparaissait comme une évidence.

C’est alors qu’après deux semaines passées au lit, ma sœur me rendit visite et me proposa de m’emmener visiter la médiathèque de la ville pour me changer les idées. Et elle changea ma vie. Malheureusement ce jour là, la médiathèque ferme tout juste alors que je clopine dans la rue, la douleur m’empêchant d’avancer. Quelques semaines plus tard, je tombe sur une revue qui planta une petite graine dans ma tête: partir en voyage itinérant, sans moyen motorisé. Les semaines passent et cette idée un peu folle germe pour ne plus être un hypothétique rêve mais une réalité à venir.

croatie

En avril 2013, six mois après mon accident, je décide de consacrer mes vacances d’été à tester le projet. A mon retour mi-juillet après 2 semaines passées dans les bus et auberges de Croatie, sac sur le dos, je prenais une décision: partir 6 mois plus tard pour un périple à travers la planète à vélo. Toujours attachée à mon travail, et sûrement quelque peu apeurée au fond de moi-même, je reporte ma décision avant de poser ma démission la veille de Noël 2013.
Début avril 2014, je tourne pour la dernière fois la clé de mon ancien petit chez-moi, je lègue mes meubles et affaires à ma famille et mon père me rachète ma voiture.
Après à peine un mois, l’aventure commence le 29 avril 2014.

Pourquoi ce nom, « Au petit bonheur les rencontres »?

Mon dernier voyage remonte à juillet 2013 en Croatie. Seule à Zagreb pour mon dernier soir dans le pays, j’étais installée au clavier d’un ordinateur public de l’auberge de jeunesse où je logeais. Assis à côté de moi, un jeune couple d’anglais me propose d’aller boire un verre. Dans le bar que leur avait recommandé un jeune Croate la veille, nous avons sympathisé avec 4 anglais, venus enterrer la vie de garçon de l’un d’entre eux. Le couple finissait ses études avant très probablement de reprendre la ferme familiale, les autres étaient reporters ou photographes freelance pour la BBC en Afrique, plus précisément en Sierra Leone. Mon chemin n’aurait jamais croisé celui de ces personnes en temps normal, et plus que jamais, je me suis dit que ce sont les rencontres qui font les beaux voyages.
Au petit bonheur la chance, je voyage donc au gré des rencontres, sans contrainte de temps ou de lieu.

Publicités